Journée d’étude – Variations synchroniques en moyen français: vers et prose

Vendredi 6 octobre 2023 – Sorbonne université

Org. Adeline Desbois-Ientile et Géraldine Veysseyre (Sorbonne Université)

Vous êtes tous/toutes cordialement invité.e.s.

PROGRAMME

9h : Adeline Desbois-Ientile (Sorbonne université)

« Introduction »

Session 1 – Approche synchronique : le système du prosimètre

9h30 : Lucien Dugaz (université de Lausanne)

« Mon gros bureau et ma champestre rethorique : étude synchronique de deux prosimètres des années 1490, Le Sejour d’Honneur d’Octovien de Saint-Gelais et La Ressource de la chrestienté d’André de la Vigne »

10h15 : Paola Cifarelli et Elisabetta Barale (université de Turin)

« Prose contre vers : le cas du Voyage de Naples d’André de la Vigne »

Pause

11h30 : Pascale Mounier (université Grenoble-Alpes)

« Configurations de la phrase dans Eurial et Lucresse : le système du prosimètre »

12h30 Déjeuner (Club des enseignants)

14h Session 2 – Approche diachronique

14h : Christine Silvi (Sorbonne université)

« Étude comparative des rythmes d’évolution de quelques faits de cohésion syntaxique dans les manuscrits en vers et en prose de l’Image du monde de Gossuin de Metz (1460-1500) »

15h Pause

15h30-17h Table ronde « Comparer vers et prose : acquis et perspectives pour des approches linguistiques, métriques, stylistiques et littéraires »

Animation : Géraldine Veysseyre

Participants : Florence Bourgne (Sorbonne université), Michèle Szkilnik (Sorbonne nouvelle)

17h : Fin prévisionnelle de la journée

APPEL A PROPOSITIONS: XIe CONGRES CHRISTINE DE PIZAN

Ms. Chantilly, Musée Condé, 493, f. 232

Le 11e colloque Christine de Pizan, intitulé “Ranger/déranger”, aura lieu à Genève et Lausanne (Suisse), les 19-22 juin 2024.

Une place particulière sera donnée aux contributions de jeunes chercheurs et chercheuses.


Argumentaire:
https://www.fabula.org/actualites/113869/11e-congres-christine-de-pizan-geneve-et-lausanne-19-22-juin-2024.html

Demande d’inscription: 1er juillet 2023, par courriel à estelle.doudet@unil.ch


Soumission des propositions: 30 octobre 2023

APPEL A COLLABORATION

Edition critique de la Fleur des histoires de Jean Mansel

Fondation de Rome. La Fleur des histoires, Rouen, BM, 1139, fol. 238v

La Fleur des histoires est une vaste compilation d’histoire universelle en prose composée par Jean Mansel, fonctionnaire à la cour de Bourgogne, dans les années 1440. Restée longtemps dans l’oubli, elle connaît désormais un regain d’intérêt de la part des chercheur.se.s, mais son texte, demeuré à l’état manuscrit, est difficile d’accès et encore trop méconnu. Or, la Fleur a joui d’un succès considérable auprès des lecteurs nobles de la fin du Moyen Âge et est conservée par un nombre relativement important de copies, parmi lesquelles on trouve l’exemplaire richement enluminé ayant appartenu à la bibliothèque des ducs de Bourgogne (Bruxelles, KBR, 9231-9232).

Nous avons l’intention de proposer une première édition critique de cette compilation, plus précisément de sa version plus ancienne en trois livres qui racontent l’histoire du monde de la Création au couronnement de Charles VI (1380). Le texte, très riche et varié, ne se limite pas à une lecture linéaire des événements historiques, mais comporte, entre autres, des vies de saints, des exempla, des miracles, des traités didactiques et des anecdotes profanes.

Sous la direction d’Elena Koroleva, maître de conférences à l’Université Littoral Côte d’Opale, et de Prunelle Deleville, maître-assistante à l’Université de Genève, l’édition sera réalisée par une équipe qui se compose actuellement de huit chercheuses. Chaque membre de l’équipe sera chargé.e de l’édition d’une section précise du texte et publiera un volume en son nom, tout en contribuant à l’élaboration du cadre commun adopté pour l’ensemble des tomes envisagés. Aucun ordre précis ne sera imposé quant à la sortie des volumes qui paraîtront au fur et à mesure de leur achèvement. Un calendrier sur quatre ou cinq ans, à compter de l’automne 2023, sera toutefois défini afin d’assurer une meilleure réalisation des travaux. Une première réunion de l’équipe se déroulera en mode hybride à l’Université Littoral Côte d’Opale, UR 4030 HLLI (Boulogne-sur Mer), le 19 octobre 2023, date officielle de démarrage du projet.

Pour compléter notre équipe, nous sommes à la recherche de collaborateurs et collaboratrices qui seraient en mesure d’éditer les quelques sections non attribuées, consacrées à l’histoire biblique et / ou à l’histoire profane de Rome et de France. Si vous êtes intéressé.e par ce projet, nous vous invitons à nous contacter avant le 20 juin 2023 en écrivant conjointement aux adresses suivantes :

Elena.Koroleva@univ-littoral.fr

Prunelle.Deleville@unige.ch

IXe COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’AIEMF

Lire le moyen français après le moyen français. La réception postmédiévale de la littérature française des XIVe et XVe siècles

24, 25 et 26 mai 2023
Université Saint-Louis (Bruxelles)
& UCLouvain (Louvain-la-Neuve)

Frank Bernard Dicksee, La Belle Dame sans Merci, 1901

Comité organisateur : Sarah Delale, Olivier Delsaux, Tania Van Hemelryck, Martine Willems.

Comité scientifique : Elisabetta Barale, Paola Cifarelli, Sarah Delale, Olivier Delsaux, Matthieu Marchal, Tania Van Hemelryck.

Laboratoires d’accueil : Centre Prospéro : Langage, image, connaissance (USLB) et Groupe de recherche sur le moyen français (INCAL).

Programme 

Mercredi 24 mai 2023 (Bruxelles, Université Saint-Louis, local P61)

10h-10h15 Introduction

10h15-11h15 Conférence plénière – SCHOYSMAN, Anne (U. de Sienne) : Du moyen français au français « préclassique » : l’impact de l’imprimerie sur la prose. État de l’art, questions ouvertes

11h15-11h30 Pause

Session 1 – La Renaissance des traductions

11h30-12h DUGAZ, Lucien (U. de Lausanne) : Jean d’Ivry lecteur d’Octovien de Saint-Gelais lecteur de Virgile

12h-12h30 SUOMELA, Elina (U. d’Helsinki) : La réception des Préceptes pour le mariage de Plutarque avant la traduction de J. Amyot (1572)

12h30-13h CERRITO, Stefania (U. des études internationales de Rome) : L’Olympe ou Metamorphose d’Ovide (Genève, 1597 et 1609) : une édition de l’Ovide moralisé en prose à l’aube du XVIIe siècle (titre provisoire)

13h-14h Pause déjeuner 

Session 2 – Auteurs et imprimeurs-libraires face à la bibliothèque médiévale

14h-14h30 CAPPELLO, Sergio (U. d’Udine) : La réception iconographique des romans médiévaux dans les imprimés gothiques 

14h30-15h BONESSO, Amandine (U. de Trieste) : Les éditions françaises des Faits merveilleux de Virgile : reconstruction d’un parcours éditorial

15h-15h30 TURBIL, Alessandro (Chercheur indépendant) : Les disparus anciens maîtres en amour : recherches autour de la survie de l’héritage lyrique médiéval à la Renaissance

15h30-16h Pause

16h-17h Conférence plénière – GAULLIER-BOUGASSAS, Catherine (U. de Lille)

Jeudi 25 mai 2023 (Louvain-la-Neuve, local Socrate 11)

9h-10h Conférence plénière – KOOPMANS, Jelle (U. d’Amsterdam) : Succès et échecs de la performance du moyen français au XXe siècle, mais où a bien pu passer le Cul ?

10h-10h30 Pause

Session 3 : Travaux doctoraux en cours

10h30-11h BLOUIN, Lucie (U. de Rennes) : Sur l’édition des Continuations d’Artus de Bretagne

11h-11h30 TAVELLA, Chiara (Sorbonne Université) : Composition et réception du Mystère de la Passion Cyclique au XVIe siècle

11h30-12h DANCERELLE-BOURLON, Alice (U. de Lille) : Édition critique de Milles et Amys, mise en prose anonyme d’une chanson de geste en alexandrins

12h-12h30 ING, Lucence (École nationale des Chartes) : Le devenir du lexique du Lancelot en prose de 1488 au XVIe siècle 

12h30-14h Buffet offert

Session 4 – Théâtre, farce et tricksters du 16e au 21e siècle

14h-14h30 CORBELLARI, Alain (U. de Lausanne et U. de Neuchâtel) : La vie et les poésies d’Oton de Grandson dans le théâtre moderne 

14h30-15h LONGTIN, Mario (Western University) et ABD-ELRAZAK, Loula (U. de Toronto) : Maître Pierre Pathelin avecq le Blason et Loyer de faulses et foles amours : trois compagnons d’impression à la Renaissance.

15h-15h30 RENNER, Bernd (Brooklyn College) : Au demeurant le meilleur fils du monde ? Les transformations du joyeux luron au XVIIe siècle 

15h30-15h45 Pause

15h45-16h15 VERMANDER, Pierre (Sorbonne Université) : Better Call Pathelin. Pérégrinations d’un avocaillon 

16h15-16h45 CHASSAGNE, Severine (Sorbonne Université) : Le « théâtre » du Moyen Âge, une création taxinomique des historiens modernes du genre ? L’exemple de deux exclus du fond comique médiéval, La Farce de Maîstre Trubert et d’Antrongnart et Le Traicté de Getta et d’Amphitrion d’Eustache Deschamps

16h45-17h15 JUNG, Raphaëlle (U. de Würzburg) : La réception des premières traductions françaises de La nef des fous

17h15-17h30 Pause

17h30-18h30 Conférence plénière – DOUDET, Estelle (U. de Lausanne) : Redonner lieu au théâtre en moyen français : enjeux, apports et limites des nouvelles technologies immersives

18h30-19h Assemblée Générale de l’AIEMF

19h30 Banquet (Louvain-la-Neuve)

Vendredi 26 mai 2023 (Louvain-la-Neuve, local Socrate 11)

Session 5 – Usages esthétiques et socio-politiques du médiéval au 20e siècle

9h30-10h30 Conférence plénière – LABÈRE, Nelly (U. de Bordeaux) : Du post-médiéval au post-moderne : quand la fin (du Moyen Âge) est un renouveau 

10h30-11h Pause

11h-11h30 DELALE, Sarah (U. de Louvain) : Écrire, décrire, raconter Christine de Pizan au gré des vagues du féminisme : imaginaires de l’autrice médiévale de 1800 à 1939

11h30-12h VILLELA-PETIT, Inès (chercheuse indépendante) : Céline et Christine

12h-12h30 AMATUZZI, Antonella (U. de Turin) : La littérature de l’époque du moyen français dans les mazarinades

12h30-13h30 Déjeuner

Session 6 – Imaginaires chevaleresques à l’époque classique

13h30-14h MARCHAL, Matthieu (U. de Lille) : Les habits neufs du comte d’Artois : l’illusion d’authenticité dans Les aventures romanesques d’un comte d’Artois, par Alice Hurtrel (1883)

14h-14h30 KOROLEVA, Elena (Université Littoral Côte d’Opale) : La mémoire du Bon Chevalier au XVIIe siècle : la postérité du Livre des faits de Jacques de Lalaing

14h30-15h BARALE, Elisabetta (U. de Turin) : Les bourgeois de Calais, le chroniquer et l’historiographe

15h-15h15 Pause

Session 7 – Réécrire le moyen français après le Moyen Âge

15h15-15h45 PARUSSA, Gabriella (Sorbonne Université) : L’édition des œuvres d’Alain Chartier par André Du Chesne

15h45-16h15 KANE, Maïmouna (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) : Renaut de Montauban après le moyen français

16h15-16h45 LEHMANN, Sabine (Université Paris Nanterre) : Dire et redire le savoir scientifique : les adaptations postmédiévales du discours médical en moyen français

Appel à propositions

Journée d’études

Le ridicule en question à l’époque médiévale

Bordeaux, 27 mars 2023

Université Bordeaux Montaigne, UR 24142 Plurielles

Organisatrices: Raphaëlle Labarrière, Priscilla Mourgues

Manuscrit Paris, BnF, fr. 2810

Présentation du projet

Cette manifestation scientifique propose d’aborder la question du ridicule dans l’art et la littérature du Moyen Âge, en se fondant sur différents types de récits et d’œuvres, afin d’explorer sa fabrication, ses mises en scène, ses objets, ses visées, ses rejets et ses effets. Il s’agira aussi d’analyser le rapport que ces œuvres ou passages ridiculisants entretiennent, d’une part, avec le monde, d’autre part, avec l’art lui-même. Si les notions voisines de comique et de grotesque ont été étudiées de longue date dans l’art médiéval, notamment par le biais du rire – grâce à l’historien Jacques le Goff, par exemple – ou du comique, en relation étroite avec le tragique et le sérieux – ainsi que l’ont montré les travaux d’Élisabeth Lalou[1] –, la question du ridicule quant à elle demeure peu travaillée.

La plupart des travaux sur le sujet ne touchent pas la sphère francophone. En outre, les études parues à ce jour s’inscrivent avant tout dans les domaines sociologique, politique, philosophique et ont trait à des époques antérieures ou postérieures au Moyen Âge. Par exemple, Michael Billig, dans Laughter and Ridicule. Towards a Social Critique of Humour (2005)[2], étudie en diachronie le rapport de la notion de ridicule avec la norme sociale. Un peu plus tard, dans Rhetoric of ridicule[3], Greg Grewell reprend la distinction établie par Renate Lachmann entre force centripète et force centrifuge dans l’humour carnavalesque[4]. Il différencie dans sa théorie deux manières de construire le ridicule : un discours monologique et un discours dialogique. Le premier discours, de type centripète, tend à conformer l’individu à une norme sociale et le second, de type centrifuge, dans un mouvement inverse, amène ce même individu à faire voler en éclat les représentations normées de l’objet ou du sujet ridiculisé. Ce dernier modèle de discours permet alors l’invention de nouveaux codes et donc un décentrement par rapport aux normes préétablies, voire une désacralisation de ces dernières. Nous pouvons sans doute envisager le ridicule dans les œuvres littéraires et artistiques selon cette double dynamique. Au niveau littéraire, les études ont été plutôt ponctuelles, elles concernent des auteurs en particulier, comme Molière ou Scarron[5], ou encore des genres spécifiques comme la comédie[6]. Toutefois, la notion de ridicule dépasse le simple cadre des genres comiques, nombreux et identifiés au Moyen Âge (farce, fabliau, fatrasie, sottie, théâtre) et relie des genres d’aspect très divers si bien qu’elle conduit à les mettre en perspective.

Aussi, dans une approche interdisciplinaire et transgénérique, nous souhaiterions confronter et comparer, dans leurs différences, les genres, les supports et les approches scientifiques afin d’enrichir une réflexion autour d’une notion très présente dans la production médiévale. Ridiculiser vise avant tout à faire rire, mais tourner en ridicule c’est aussi déprécier, porter un jugement de valeur, c’est enfin faire ressortir l’absurdité, le non-sens d’un être, d’une chose ou d’une situation et se placer ainsi sur le terrain du sens, en particulier du bon sens. Ridiculiser permet autant d’écarter que de souligner, de faire rire que de susciter de la compassion. Semblent se nouer des rapports aux normes, au pouvoir, au sens, à un ordre et à des effets variés, qui, tous, contribuent à installer la richesse registrale et interprétative de l’art médiéval, quel qu’il soit. Le ridicule semble être ainsi le lieu de l’évidence autant que de l’ambiguïté.

Axes de recherche

            Fabliaux, récits de voyage, chansons de geste, poésies, nouvelles, enluminures, statues, etc. : nombreux sont les supports qui accueillent et fabriquent le ridicule au Moyen Âge. Le corpus est immense. Nous souhaitons travailler selon différents axes afin de cerner progressivement la notion et ses fonctions tout autant que la variété de ses apparitions.

Axe 1. Les différents sujets et objets de ridicule 

Il s’agira d’observer les thèmes et les sujets du ridicule afin d’installer l’étude : quelles sont les récurrences et les irrégularités en la matière ? La ridiculisation du clergé et de la scolastique est fréquente dans l’art profane et les genres comiques ; en est-il de même dans d’autres domaines ? Quelles sont les figures ridiculisées et de quoi sont-elles la cible ? L’homme, l’étranger, la femme, le vilain, le chevalier sont autant de personnages typiques fréquemment caricaturés, moqués. Quelle est ainsi la visée de ces peintures grotesques, qui tournent en ridicule leur objet ? 

Axe 2. Ridiculiser : mode d’emploi et style(s)

L’examen des différentes manières de ridiculiser, des plus évidentes aux plus subtiles, retiendra l’attention. Le ridicule se limite-il à la parodie ? Quels effets ou quelles figures sont mobilisées pour construire le ridicule ? Les procédés de grossissement, de rétrécissement, de déplacement, d’ironie sont-ils préférentiellement employés dans un genre ou chez un auteur ? Produisent-ils des effets identiques ?

Axe 3. La déconstruction ou le renforcement d’une norme

Interroger le rapport à la norme de manière plus générale en explorant les visées des auteurs permettra de voir s’il s’agit de ridiculiser pour dénoncer, rire, défaire ou refaire un modèle, de manière à comprendre quelles postures sont adoptées et quelles valeurs sont déconstruites. Qu’en est-il par ailleurs du rapport aux genres et aux normes génériques ?

Axe 4. Non-sens ou bon sens ? 

La question du langage, littéraire ou artistique, pourrait aussi nourrir la réflexion autour du sens. Si le ridiculum dictumchez Plaute peut renvoyer à l’idée de bon mot, peut-on envisager le recours au ridicule comme simple jeu sur le sens ? Le jeu de pouvoir se nouant autour du ridicule amène-t-il à la construction d’un bon sens, autant qu’il permet de révéler les absurdités d’un code ou d’une norme ? 

D’autres réflexions pourront bien sûr venir étayer cette étude.


Modalités de participation

Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisatrices avant le 20 février 2023. 

Raphaëlle LABARRIÈRE, r.labarriere@hotmail.fr

Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Le logement et le repas du midi seront financés par l’organisation, les frais de transport seront laissés à la charge des équipes de recherche des participant.e.s.


[1] E. Lalou, « Le théâtre médiéval, le tragique et le comique : réflexions sur la définition des genres », dans Tragique et comique liés, dans le théâtre, de l’Antiquité à nos jours (du texte à la mise en scène), Rouen, Publications numériques du CÉRÉdl, 2012, disponible en ligne, URL : <http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/public/?le-theatre-medieval-le-tragique-et.html>.

[2] M. Billig, Laughter and Ridicule : Towards a Social Critique of Humour, Londres, Thousand Oaks, New Dehli, SAGE, 2005.

[3] G. Grewell, Rhetoric of ridicule, ProQuest Dissertations Publishing, 2013, disponible en ligne, URL : <https://www.proquest.com/docview/1500846086?parentSessionId=safon260V7ZDX4wQheTQckcsZWknSQf5LZdtVH3L5Z8%3D&pq-origsite=primo&accountid=9671>.

[4] R. Lachmann, Bakhtin and Carnival : Culture as Counter-culture, Center for Humanistic Studies, College of Liberal Arts, University of Minnesota, 1987.

[5] P. Dandrey, Molière Ou L’esthétique Du Ridicule, Paris, Klincksieck, 1992.

[6] On peut par exemple citer P. Lerat, Le ridicule et son expression dans les comédies françaises de Scarron à Molière (thèse dir. R. Lathuillère, Lille, ANRT, 1980, URL : https://excerpts.numilog.com/books/9782307481843.pdf) et E. Pinon, « Perdican et “la fleur nommée héliotrope” : ridicule et sacré du classicisme au romantisme » (Toulouse, Littératures, 2009, p. 75-86, URL : https://doi.org/10.4000/litteratures.2030)

Appel à propositions

Journée d’études

Images d’Isis en France et en Italie (XIVe-XVIe siècle)

Boulogne-sur-Mer, 18 octobre 2023

Université Littoral Côte d’Opale, UR 4030 HLLI

Organisateurs : Elena Koroleva, Jean-Louis Podvin

Les Egyptiens adorant Isis et Apis. Jean de Vignay, Le Miroir historial, Paris, BnF, fr. 50, fol. 52r

Le culte d’Isis est introduit en Campanie, puis à Rome dès le IIe siècle avant J.-C. et c’est à partir de l’Italie qu’il se propage ensuite en Gaule. La fermeture du temple d’Isis à Philae, vers 535 de notre ère, marque la disparition officielle du culte dans le monde méditerranéen, mais la mémoire d’Isis et des divinités de sa « famille » – parmi lesquelles on compte notamment Osiris, Sérapis et Harpocrate, mais aussi Anubis, Apis et Bubastis – perdure au fil des siècles et est constamment renouvelée jusqu’à l’époque moderne. Si des recherches ont déjà été menées sur la réception de la figure d’Isis et de sa gens[1], les réécritures de leur légende aux derniers siècles du Moyen Âge et à la Renaissance, sur lesquelles nous souhaitons concentrer notre investigation, n’ont jamais bénéficié d’une étude spécifique.

Dans le cadre de cette journée qui croisera les approches de l’histoire des textes et de l’histoire de l’art, il s’agira d’examiner aussi bien la réception des traditions gréco-latines que la création de mythologies nouvelles autour de la figure d’Isis et des divinités du cercle isiaque, en France et en Italie. Pour la période médiévale, ce sont les Métamorphoses d’Ovide qui ont servi de source majeure sur Isis, ses pouvoirs et son entourage, avec l’identification d’Isis à l’amante de Jupiter, Io, au livre I et le récit de la métamorphose d’Iphis en homme au livre IX. Si le texte fait l’objet de gloses dès le XIe siècle, c’est au XIVe siècle que les Métamorphoses sont traduites, relues et amplifiées grâce à l’exégèse tropologique et allégorique : en France, par l’auteur anonyme de l’Ovide moralisé (vers 1320), en Italie, par Giovanni Bonsignori da Città di Castello (1375). Les deux œuvres ont connu une fortune remarquable aux XVe-XVIe siècles : elles circulent sous forme manuscrite et imprimée et sont une source d’inspiration pour de nombreux textes qui recourent à ces adaptations ovidiennes pour construire leur récit mythologique. C’est encore au XIVe siècle que les humanistes italiens, dont Boccace, redécouvrent L’Âne d’or d’Apulée, qui consacre le livre XI de son roman à Isis et à l’initiation de Lucius. Annotateur d’un manuscrit d’Apulée aujourd’hui conservé à Florence, Boccace renoue toutefois avec Ovide et les sources médiévales lorsqu’il présente Isis dans sa collection de biographies de femmes illustres, De mulieribus claris. Ce texte s’imposera comme un ouvrage de référence pour les écrits consacrés à la défense des femmes en France au XVe siècle, comme la Cité des dames de Christine de Pizan. Mais L’Âne d’or ne sera plus oublié. Après une première édition par Arnold Pannartz et Konrad Sweynheim pour Giovanni Andrea Bussi (1469), le XVIe siècle voit la parution de multiples traductions de L’Âne d’or en langues vernaculaires, dont pas moins de quatre en français (Guillaume Michel, 1517 ; Georges de La Bouthière, 1553 ; Jean Louveau, 1553 ; Jean de Montlyard, 1602) et celle en italien par Boiardo (1518). Toujours au XVIe siècle, c’est un autre texte, plus ancien encore et de langue grecque, qui apportera des informations nouvelles sur Isis : le Sur Isis et Osiris de Plutarque. Dès le début des années 1480, Ange Politien présente des excerptade ce traité au public savant de Venise et de Vérone (Miscellaneorum centuria una, Florence, 1489, ch. 83). Le traité est publié à Venise en 1509 dans le cadre d’une édition intégrale des Œuvres morales de Plutarque qui seront transposées à leur tour en plusieurs langues vernaculaires, en français par Jacques Amyot (1572), en italien par Marc-Antonio Gandino (1598). Enfin, on ne doit pas oublier un faux resté célèbre qui s’inscrit dans la grande vague de redécouvertes de textes antiques, à savoir les Antiquitates de Giovanni Nanni, dit Annius de Viterbe (1498). En mettant au premier plan Osiris, Annius puise à Diodore de Sicile pour assigner au dieu égyptien le rôle civilisateur que le Moyen Âge réservait plutôt à son épouse : dans les Antiquitates, ce n’est plus Isis qui enseigne les lettres et les arts « aux sauvages Egiptiens », pour reprendre l’expression du Champion des dames de Martin Le Franc, mais Osiris qui entreprend un voyage dans le sens inverse pour accomplir une mission civilisatrice en Italie, en transmettant aux Italiens l’art de labourer la terre et l’art de la vigne. Le récit d’Annius inspirera, entre autres, Jean Lemaire de Belges dans ses Illustrations de Gaule et singularitez de Troie (1511-1513) où Hercule de Libye, fils d’Isis et d’Osiris, apparaît comme un ancêtre des rois de France.

La journée d’études permettra d’étudier les portraits d’Isis et des divinités de son cercle qui résultent de l’amalgame de ces multiples traditions. Dans quelle mesure les différentes adaptations et traductions restent-elles fidèles à leurs sources en ce qui concerne l’histoire d’Isis ? Quelle(s) image(s) des divinités isiaques véhiculent-elles ? Quel impact ont-elles eu sur la production littéraire et artistique de la période ? Telles sont les questions auxquelles les interventions de la journée tenteront de répondre.Cette journée fournira enfin l’occasion de se pencher sur les représentations picturales d’Isis. Les manuscrits, suivis par les premiers imprimés, illustrent en effet les différents moments de l’histoire d’Isis telle qu’elle est diffusée au Moyen Âge et à la Renaissance : Isis / Io transformée en vache, puis naviguant la mer lors de son voyage en Égypte, Isis enseignant les lettres et les arts, Isis plantant des arbres, Isis recueillant les membres éparpillés d’Osiris… Certains témoins, manuscrits et imprimés, des chroniques universelles offrent également des images liées au culte isiaque, comme les festivités données en l’honneur d’Isis ou encore l’adoration des idoles des divinités isiaques. Plus rares, les représentations d’Isis dans la peinture pourront elles aussi être abordées. Citons, à titre d’exemple, les fresques de Pinturicchio montrant Isis, Osiris et Apis dans les appartements Borgia du Vatican, dont l’iconographie témoigne de l’influence d’Annius de Viterbe, ou encore le programme iconographique du « lavatoire » d’Isis imaginé par Pontus de Tyard pour les peintures du château d’Anet et décrit dans ses Douze fables de fleuves ou fontaines.


[1] Voir, entre autres, Jurgis Baltrušaitis, La quête d’Isis : Essai sur la légende d’un mythe, Paris, Flammarion, 1985 et Laurent Bricault, Corinne Bonnet, Carole Gomez (dir.), Les Mille et Une Vies d’Isis. La réception des divinités du cercle isiaque de la fin de l’Antiquité à nos jours, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2020.


Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisateurs avant le 31 janvier 2023 :

elena.koroleva@univ-littoral.frjean-louis.podvin@univ-littoral.fr

APPEL À PROPOSITIONS – IX colloque de l’AIEMF (24-25-26 mai 2023)

Colloque de l’Association internationale des études sur le moyen français (AIEMF)

24, 25 et 26 mai 2023
UCLouvain (Louvain-la-Neuve) & Université Saint-Louis (Bruxelles)

Lire le moyen français après le moyen français

La réception postmédiévale de la littérature française des XIVe et XVsiècles 

En 2018, le 7e colloque de l’AIEMF fut consacré au bilan de cinquante années de recherches sur l’histoire de la littérature et de la langue en moyen français ainsi qu’aux perspectives de ce champ d’études.

Pour sa 9e édition, le colloque de l’AIEMF se propose d’envisager le moyen français dans le contexte de sa réception postmédiévale, du XVIe jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Sans négliger des contextualisations historiographiques, il s’agira avant tout d’interroger la manière dont les textes originaux en moyen français ont participé à la dimension créative et imaginative après le XVe siècle.

Sans être limitative, voici une liste de sujets et d’approches qui pourront être envisagés :

– Les travaux des érudits, bibliographes et littérateurs des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ;

– Les éditions, les réimpressions et les traductions ;

– La diffusion auprès du grand public et dans l’enseignement ;

– Les lectures et notes de lectures d’exemplaires anciens ;

– La réception et la réappropriation par les écrivains, chanteurs, etc.

Les propositions de communication (d’une dizaine de lignes maximum) sont à renvoyer pour le 30 septembre au plus tard à l’adresse suivante : olivier.delsaux@uclouvain.be.

Les doctorantes et doctorants travaillant sur le moyen français sont chaleureusement invités à présenter librement leur recherche doctorale, sans se sentir contraints par la problématique du colloque.

Comité organisateur : Sarah Delale, Olivier Delsaux, Tania Van Hemelryck, Martine Willems.

Comité scientifique : Elisabetta Barale, Paola Cifarelli, Sarah Delale, Olivier Delsaux, Matthieu Marchal, Tania Van Hemelryck.

JOURNéE d’étude FISIER (11.12.2021): “COntinuités Historiques” “Historical Continuities”

La prochaine session du séminaire virtuel international de la FISIER ReNoV/ReNeW
The next session of FISIER’s virtual international seminar ReNoV / ReNeW

“Continuités historiques”
“Historical continuities”


aura lieu le samedi 11 décembre | will take place on Saturday, December 11th
à 9h-12h (NY) / 14h-17h (Londres) / 15h-18h (Paris) / 22h-01h (Tokyo) / 23h-02h (Sydney)
at 9am-12pm (NY) / 2-5pm (London) / 3-6pm (Paris) / 10pm-1am (Tokyo) / 11pm-2am (Sydney)

Daniel KAPUST (University of Wisconsin-Madison)
Republican, Democrat, Imperialist: Three Political Theory Encounters with Machiavelli

Republicanism, democracy, and imperialism are concepts of perennial interest to scholars of antiquity, medieval Europe, and early modern Europe. These concepts, in turn, are each central to different ways of interpreting Machiavelli within contemporary political theory. The goal of this seminar, then, is to introduce three significant bodies of political theory scholarship on Machiavelli: Machiavelli the republican, Machiavelli the democrat, and Machiavelli the imperialist. In surveying each approach, I will also put Machiavelli into conversation with early modern, medieval, and classical thinkers, such as Hobbes, Bruni, Dante,and Cicero. My goal is not to settle on one reading of Machiavelli, but rather to illustrate how and why political theorists working from a range of approaches read him in such different ways.

Estelle DOUDET (Universités de Lausanne et Grenoble Alpes, IUF)
Le moyen français, temps du medium ? Repenser les temporalités, les objets et les média de l’histoire des lettres et des arts

Le global turn a modifié en profondeur l’étude des géographies littéraires, l’ancienne opposition des centres et des marges se réinventant sous la forme de circulations. Qu’en est-il des temporalités littéraires ? Pour complexifier une histoire évolutionniste qui a longtemps étudié les périodes comme des successions d’états de langue et de pratiques d’écriture marquées par d’éclatantes ruptures, est-il possible de mobiliser diverses notions, la contemporanéité, le temps profond, l’enchevêtrement temporel, utilisées entre autres par les archéologues des savoirs et des media ? Le moyen français, un état de la langue et des écritures en français que les historiens datent usuellement du 14e au 16e siècle, est à cet égard un cas intéressant car il porte un nom qui le désigne comme un temps du medium, dans le double sens de transition temporelle (fin du Medium Aevum et/ou début de la Renaissance ?) et de développement de nouvelles formes de communication (imprimerie, machines optiques, etc.). L’exemple des dispositifs télévisuels, qui ont été omniprésents entre 1350 et 1550 sous la forme d’appareils concrets et de fictions de représentations, sera choisi pour analyser la complexité des temporalités illustrée par les œuvres en moyen français (continuité, invention, Nachleben). Il ouvrira le dialogue sur les manières dont nous pouvons repenser nos propres approches des « périodes » en histoire des arts et des littératures.
 
Répondant(e)s | Respondents
Michelle CLARKE (Dartmouth College)
Thierry AMALOU (Université d’Artois)
François CORNILLIAT (Rutgers University)

Lien de participation || Participation link

La séance est co-organisée par | The session is co-organised by:
Association V.-L. Saulnier ; Atelier XVIe siècle, Sorbonne Université ; Center for Early Modern Studies, University of Wisconsin-Madison ; Renaissances (CSLF), Nanterre.

Visitez la page du séminaire où vous trouvez également l’affiche de la séance

Visit the seminar webpage, where you will find the session’s flyer

ERC Contrats post-doctoraux

La réception de la Grèce ancienne dans la littérature française pré-moderne et les illustrations des manuscrits et des premiers imprimés (1320-1550)

Dans le cadre du Projet ERC Advanced grant 2020 AGRELITA, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), quatre postes contractuels de post-doctorants à temps plein (100%) sont à pourvoir à compter du 01/10/2021.

https://place-emploi-public.gouv.fr/offre-emploi/post-doctorants-reference-2021-616310/

Lancement du nouveau site de l’AIEMF

Ce carnet a pour objet la langue et la littérature françaises en moyen français (1350-1550). Il vise à rassembler l’ensemble des informations (publications, colloques, thèses, découvertes, etc.) relatives à cette production.  Le carnet vise tant les membres de l’AIEMF que les chercheurs, les étudiants et les curieux intéressés par cette thématique.

 

Association internationale des Études sur le Moyen Français

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search